J'arrive à Sendai (仙台) juste avant l'ouverture du G7. A part quelques affiches et stands installés , pas de délire sécuritaire comme une grande démonstration policière ou de secteurs bloqués durant deux jours.

Je loge chez Miyagi Guest House, situé à juste 10 minutes de la gare à pied. C'est une vieille demeure sur 2 étages ; le rez-de-chaussée possède une salle commune avec tatamis et une cuisine correctement équipée. Le dortoir est composé de lits superposés avec rideau.

Je suis le seul étranger le premier soir, ce qui me permet de ne parler que japonais avec le staff et les autres voyageurs. Deux d'entre eux viennent de Tokyo et parcourent la région en stop. Ils sont bien occupés avec carte routière et cahier afin d'écrire les villes étapes. Un membre du staff parle un peu français, tandis qu'un autre un peu espagnol ; bref très bonne ambiance qui contraste avec les deux soirs passés à Aiz-Wakamatsu.

Côté cuisine, j'ai goûté au gyutan (langue de bœuf grillée) chez l'enseigne Rikyu. Très bon plat avec différentes sauces proposées, à tester si vous êtes dans le coin (même si on peut trouver ce type de restaurant à Tokyo par exemple).

Yamadera

Situé à l'ouest de la ville de Sendai, Yamadera (山寺) est un lieu-dit où se trouve un temple accroché à la montagne. Un groupe scolaire venu de Sendai est présents ; en gravissant le escaliers j'ai droit à des konichiwa ou des hello. Le temple est assez encaissé dans la montagne et dans les arbres. On l'aperçoit ainsi peu depuis la gare. Il fournit malgré tout de multiples points de vue sur la vallée.

Après cette visite, je fais un parcours à pied partant et finissant de deux cimetières. Le chemin, à part au tout début, est très bien balisé. Parfois il s'avance dans la montagne et permet de voir quelques statues ou grottes aménagées. Parfois il sort de la forêt en proposant des ouvertures naturelles et des rochers afin de s'asseoir, tout en mangeant et en observant le paysage.

Ecolières posant des pièces à Yamadera

Vue sur Yamadera

Sanctuaire isolée

Sympathique excursion à la journée, même si une demi-journée est largement suffisante. Le reste des photos est visible ici.

Shiogama et Matsushima

Je prends le train depuis Sendai jusqu'à Shiogama (塩釜). Étant un peu tôt pour manger, je commence par me balader dans le sanctuaire Shiwahiko (志波彦神社), un peu à l'écart de la gare. Le festival local (qui a lieu en juillet) est assez particulier. Il est lié à la récupération du sel en faisant bouillir de l'eau. Une marmite est donc portée par la population à cette occasion.

Après un maguro ikura don (bol de riz avec du thon et œufs de saumon), je prends un bateau fait le tour de la baie afin de rejoindre Matsushima.

Matsushima (松島), considéré comme l'un des meilleurs panoramas du Japon, a été peu touché par le tsunami de 2011, notamment grâce sa baie composée de micro-îles. Juste après avoir débarqué, un étudiant me demande, dans un bon anglais, s'il peut me poser diverses questions sur mon voyage. Le questionnaire est assez long et porte uniquement sur le tourisme. Après avoir répondu, on échange un peu en anglais sur le programme Working Holiday. Il a envie de le faire, surtout pour pratiquer son anglais. Pour me remercier, il m'offre un petit sushi en plastique ^^

Marmitte au sanctuaire Shiwahiko

Bamboos sur l'île Fukuura

Sur l'île Oshima

Je fais ensuite la visite des classiques avec l'île Fukuura (福浦島), accessible par un pont rouge de 252 mètres de long, puis l'île Oshima (雄島). On aperçoit encore par endroit de la végétation arrachée ou des bâtiments qui viennent juste d'être reconstruits.

Le reste des photos est visible ici.



Commentaires