L'île de Miyajima est située à 1h au sud-est d'Hiroshima. N'ayant pas de JR pass, j'ai pris le billet combiné tramway + ferry pour m'y rendre. La météo n'est pas des meilleurs ce jour-là. Ce qui n'empêche pas la foule d'être présente sur le ferry. Je me dirige vers le célèbre torii géant, situé en face du sanctuaire Itsukushima (厳島神社). Alors que les visiteurs admirent le torii, les cerfs n'hésitent pas à fouiner dans leurs sac dès qu'ils sont à portée.

A quelle heure ouvrez-vous ?

Sanctuaire Itsukushima

Torii de Miyajima

Après m'être baladé autour du torii et du sanctuaire, direction le mont Misen (弥山) par le sentier Omoto, le plus au sud de l'île. La montée m'offre de belles couleurs d'automne sous la pluie. Après 2,5 km et 400m de dénivelé, me voici à l'entrée de la porte du mont Misen. Puis quelques temps après, j'arrive à la plate-forme d'observation. Malheureusement le temps bien couvert m'empêche de voir bien loin ; même Hiroshima est difficilement visible.

Pluie et automne, la recette pour avoir de belles couleurs

Porte à l'entrée du mont Misen

Vue sur la baie d'Hiroshima

Je choisis de descendre par le chemin du centre dit Daisho-in, réputé être le plus joli. Le haut est assez similaire au précédent, mais on rejoint assez vite un cours d'eau, ce qui élargit la vue. De plus, des aménagements ont été faits, rendant le trajet plus proche d'un escalier. Au détour d'un virage, on a régulièrement un point de vue sur la baie d'Hiroshima. Juste avant d'arriver en bas, le chemin passe à côté du temple Daisho-in (大聖院). Ce temple est un tel concentré de statues et bâtiments qu'à chaque coup d'œil, on aperçoit de nouveaux objets.

Statues dans le temple Daisho-in

Un des bâtiments du temple Daisho-in

Tout le chemin est bordé de ces statuettes avec des bonnets rouge et blanc

Puis retour au bord de mer, où le torii est maintenant visible à marée basse. Vue de dessous, l'édifice est assez impressionnant avec ses grosses poutres en bois. Le reste des photos est visible ici.

Le torii à marée basse

Je ne sais pas comment les pièces tiennent, mais elles sont très bien collées !

De retour à mon hôtel à Hiroshima (occupé principalement par des occidentaux), je discute avec quelques japonais de passage. Je fais la connaissance d'un commercial de Kyoto (qui nous propose de partager sa bouteille de saké) et un vendeur de tokoyaki à Nagoya. Puis ils proposent, avec le staff de l'hôtel, d'aller prendre une bière au bar d'en face. C'est un bar italien-espagnol tenue par une mexicaine vivant au Japon depuis 15 ans. Après la bière, les japonais commandent des tapas, pizzas et une bouteille de vin rouge. Quelle ne fût pas ma surprise de voir une bouteille de Beaujolais Nouveau 2015 arriver sur la table ! Étiquette de face en anglais, alors que celle du dos est en japonais. Soirée très européenne donc :)

Le lendemain, je visite le musée de la paix. Une bonne partie du musée étant en rénovation (jusqu'en 2018), la visite s'est concentrée sur le bombardement, les dégâts et les effets des radiations. Cette partie est en fait fortement similaire à celle du musée de Nagasaki. Je recommande l'audio-guide (en français), qui apporte un plus par rapport aux textes en anglais. Par contre beaucoup de monde ! Entre les groupes scolaires et une délégation iranienne accompagnée de la télévision, il est assez difficile de profiter de la visite et d'observer tranquillement les panneaux ou objets. Puis, après être passé devant le dôme de la bombe A, direction le port afin de prendre le ferry en direction de Matsuyama.

Devant le musée de la paix

Dôme de la bombe A

Au revoir Hiroshima

Je rencontre à bord du ferry un capitaine de navire civil rentrant du travail. Il a voyagé surtout en Asie Pacifique, et également en Afrique du Sud. Gentiment, il me propose de me déposer à la gare. Téléphone au volant, télé allumée dans l'habitacle, la prévention routière aurait du travail... . Afin de ne pas arriver trop tard chez mon hôte à Saijo, je prends un train limited express. Et, pour une raison qui m'échappe, sur le même quai se trouve un train allant vers le sud et un autre allant vers le nord. J'ai bien sûr pris le mauvais ! Et comme c'est un train express, j'ai du attendre une bonne demi-heure avant de pouvoir descendre du train et repartir dans l'autre sens. Bref, comment perdre l'intérêt d'un billet express en une leçon... .



Commentaires